Les civictech et nous

Les 3 (fausses) bonnes raisons d’utiliser les civic techs

Démocratie participative , civictech
Internet, la solution à tous les problèmes démocratiques ?

Les civictech, qu’est-ce que c’est ? Alors que le terme est à la mode, force est de constater qu’il reste réservé à un public d’avertis. Civictech est un néologisme mêlant le mot anglais civic, signifiant … civique, et tech, le diminutif de … technologie.
Une fois que cela est dit, on peut s’imaginer beaucoup de choses. Les civictech, c’est l’ensemble des dispositifs numériques ou technologiques qui vont pouvoir se mettre au service du citoyen pour permettre son implication dans la vie publique. Avec les critiques du système politique tel qu’il est, des initiatives se sont appuyées sur les nouveaux moyens d’information et de communication (les NTIC) pour faciliter l’implication politique des citoyens ; que celle-ci soit moins ponctuelle, que le citoyen puisse d’une manière ou d’une autre, d’une manière efficace  ou non, affecter la scène publique.

Plusieurs définitions existent sur les civictech. Les limites du cadre sont floues ; les façons d’impliquer le citoyen sont multiples et plus ou moins pertinentes ; les politiques réagissent différemment à la nouvelle donne “numéro-civique”.

En somme, si l’on devait définir ce qui fait d’une technologie ou d’un projet une civictech, c’est un outil numérique ou une utilisation du numérique visant à donner aux citoyens une place plus participative dans l’élaboration de l’action publique.

Enfin, si l’on étudie les débuts du net et les espoirs qui y ont été mis, les germes d’une société plus horizontale et plus égalitaire étaient déjà là. Mais tout n’a pas été révolutionné comme par magie… Au contraire, peut-être vaut-il mieux être prudent et ne pas se précipiter trop vite dans un enthousiasme sans plus aucune lucidité !

 

1/ “C’est facile : on peut participer en quelques clics, n’importe quand, n’importe où, à propos de n’importe quoi!”

Sauf que …

démocratie participative
Quelle idée me chante le plus ?

Même si un juré de The Voice sommeille en chaque électeur (on en doute pas une seconde), la politique n’est pas un zapping ou un télé-crochet où des propositions tenant en 140 caractères sont jugées en fonction de leurs “sex appeal” et à toute vitesse, sans véritablement nous permettre de comprendre les tenants et les aboutissants du sujet.
Ne faire de la politique qu’un amas d’opinions non réfléchies, ce n’est pas la solution… Il faut en effet connaître ce qu’implique une décision ; ses possibilités ; ses conséquences. Il est difficile de juger telle ou telle mesure bonne juste parce qu’elle nous paraît bonne. La vie publique a quand même besoin d’un peu plus d’examens approfondis.

2/ “C’est la vraie démocratie directe : tout le monde peut s’exprimer sur tout et tout le temps! ”

Sauf que…

démocratie politique participation civictech
D’irréductibles différences d’usage de la technologie

Prétendre que l’utilisation des outils numériques permet de rendre accessible à tous la participation, que tous participeront avec la même intensité, et qu’on parviendra donc à prendre des instantanés de l’opinion publique au plus près de ce qu’elle est, c’est se méprendre. Il suffit de parcourir les propositions faites sur la plupart de ces outils pour s’apercevoir que les seul(e)s qui s’expriment sont des geeks ou des étudiants en science politique avec une connexion 4G illimitée, ou encore des experts utopistes voyant en internet une découverte équivalente au feu, seule issue de l’humanité… Bonjour la diversité de l’intelligence collective et les abus de langage, bonjour la méprise et la confusion.

Sans compter que le débat entre démocratie directe et démocratie représentative n’est pas aussi simple à résoudre : nous y reviendrons plus tard.

3/ “Ce sont des humanistes qui œuvrent pour le bien commun…”

Sauf que…

C’est aussi — parfois, mais souvent — une belle façade démocratique, voire militante qui cache un juteux business de la Big Data (l’accumulation de données sur des milliers -millions- d’usagers au point que leur utilisation devient un exercice à part entière). Les sociétés accumulent ainsi des données sur les usagers pour les fournir à un prix d’or à des clients qui, loin des préoccupations citoyennes, sont à la recherche de données personnelles de premiers choix. En même temps, quoi de mieux qu’une plateforme démocratique (politique) pour récupérer des données … politiques sur des usagers.
A ce titre, nous vous conseillons un excellent document Arte sur les dernières utilisations de la Big Data à des fins … électorales ; mais ce n’est pas la seule voie d’utiliser ces données et un marketeur malin saura quoi faire de vos orientations politiques …

 

Conclusion

Attention aux discours trop utopiques, insistant sur un monde qui se révolutionne grâce à internet et sur des changements abruptes que créent de nouveaux outils : la démocratie évoluera avec internet, c’est sûr, mais de là à ce que tout se renverse d’un coup et qu’on fasse fi de l’Histoire qui nous précède, la route est longue…

Introduire une rupture dans le type de démocratie dans laquelle nous sommes et passer d’une démocratie représentative  à une démocratie directe  grâce aux possibilités que nous procurent le net … Encore une autre question sur laquelle prendre du recul …

DM



Politizr est une plate-forme indépendante et neutre de discussions entre les citoyens et leurs élus.

Venez lire, proposer et noter des débats sur tous les sujets et suivez l’actualité de vos élus en vous inscrivant sur politizr.com.

Politizr, changerez-vous d’opinion?

Partagez sur vos réseaux sociaux : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn