Interview de citoyens

Mundhi : farandole d’idées pour Toulouse

Mundhi vit à Toulouse depuis une douzaine d’années. Elle est co-fondatrice de Trade School Toulouse, une start-up toulousaine de rencontres et de partage. Voici l’entretien qu’elle nous a accordé pour mieux connaître son quotidien et ce qu’elle ferait pour rendre la vie plus pratique.

Dorian [Politizr] : Bonjour Mundhi, je te remercie de m’accorder un petit peu de temps pour discuter de ta vie à Toulouse. Dans un premier temps, peux-tu nous dire ce qu’est Trade School Toulouse ?

Mundhi : Bonjour ! Alors bien sûr : je monte ma structure avec mon associée. La boîte s’appelle Trade School Toulouse. Nous sommes convaincues que la rencontre physique est primordiale de nos jours et que nous avons  tous des connaissances à transmettre. Le principe est simple : sur le modèle du troc, un particulier ou un professionnel va transmettre ses connaissances en échange de services ou de biens réalisés par les participants. Nous proposons également cette mise en place d’ateliers de transmission de connaissance et d’entraide au sein des entreprises. L’amélioration des relations humaines en ville ou en entreprise nous tient à cœur.

D : Une vraie boîte toulousaine ça ! Et depuis combien de temps vis-tu à Toulouse ?

M : Alors j’habite à Toulouse depuis … 12 ans maintenant ! Ça fait un bout de temps et actuellement je suis à place de l’Ormeau.

D : Ah, tu es donc un peu excentrée… Utilises-tu les transports en commun ?

M : Il n’y a pas beaucoup de transports en commun où je suis… Après j’ai entendu dire qu’ils vont ouvrir une autre ligne de bus … Il y a peut-être une ligne de métro qui va faire le lien entre Blagnac et ici … Enfin, à vrai dire, j’utilise tout le temps le vélo.

D : Ça, ça m’intéresse. Comment vis-tu tes déplacements en bicyclette à Toulouse ? La ville y est-elle adaptée ?

M : Et bien, c’est vrai qu’on peut parler de ça. J’utilise tout le temps le vélo. La mairie de Toulouse a fait un réel effort avec le développement de pistes cyclables et des actions de sensibilisation sympas. Je me rappelle d’une fois où ils ont distribué des accessoires utiles pour les cyclistes place du Capitole -lampes, gilets, cadenas,… Çà c’est très bien, mais à côté, il y a des choses à mettre en place et qui ne le sont pas : je pense notamment au soutien d’association comme Vélorution.

D : Oui d’autant que cette association a pas mal de problèmes avec la mairie …

M : Oui, exactement, alors qu’il faudrait les soutenir : ils sont quand même représentatifs du recyclage, de la récupération … et du déplacement propre. Et je remarque aussi que les automobilistes n’ont pas encore intégré tout ce qu’implique une ville avec des cyclistes : par exemple, c’est génial, il y a pas mal de rue à sens unique où les vélos peuvent rouler en sens inverse, mais c’est pas suffisamment clair pour les automobilistes et ces derniers ne font pas attention. On pourrait aussi espérer plus de parkings à vélo.

D : En somme, on peut parler d’une ville qui fait des efforts pour les cyclistes, mais qui pourrait plus en faire, notamment dans l’orientation des subventions. C’est vrai que chez Politizr on considère les associations comme de vrais acteurs du développement du territoire, donc ce que tu dis nous intéresse… En tout cas, c’est clair qu’une association comme Vélorution mérite plus de rayonnement. Et sur le plan de la propreté ? Un usager de la plateforme a publié sur les déchets canins à Foix… Et Toulouse, qu’en est-il ?

M : Franchement, je trouve que depuis quelques années, de réels progrès ont été réalisés : des sacs pour déchets canins ont été mis à disposition et il y a eu des campagnes de sensibilisation. Après à mon avis, des sacs en carton seraient plus écologiques. Un truc qui me tient à cœur pour la propreté c’est les poubelles à compost : pour moi, c’est l’étape d’après et ça se développe, pour pousser encore plus loin le tri… Récemment c’est arrivé  à Paris je crois. Et à propos de déchets, la mairie avait fait une publicité en soulignant qu’il fallait que deux minutes pour trouver un conteneur à verres d’où que ce soit … Pour le coup, je trouve ça un peu présomptueux de leur part : il faudrait plus de conteneurs à verres !

D : L’écologie te tient à cœur à ce que je vois ! Ça me permet de basculer sur l’environnement à Toulouse ? Estimes-tu que la mairie fait de réels efforts pour l’écologie ?

M : En tant que écologiste convaincu effectivement, je trouve qu’on peut toujours faire plus … et des fois, on régresse : la mairie a enlevé les jachères fleuries sur les plates bandes, pour mettre des parterres de fleurs… Je trouve ça dommage. Après y a une autre problématique originale qui m’interpelle et que j’ai pu voir sur Politizr : c’est le problème de l’éclairage nocturne. Alors je sais que ça pose aussi des problèmes en termes de sécurité … Mais on peut se demander pourquoi les affichages publicitaires restent allumés la nuit. Enfin là, moi ça me dépasse. Qu’on éteigne pas l’éclairage public pour des questions de sécurité peut-être, mais l’affichage publicitaire …

D : Et en même temps, la publicité est une source de revenus… La question est complexe. On va passer à la vie de la ville : en 12 ans, as-tu noté des évolutions dans la vie de la ville ?

M : Et bien plusieurs choses effectivement même si c’est difficile à échelle humaine d’estimer ça précisément. Bon, déjà, je relèverais une tendance à la gentrification : j’aurais envie de dire que Toulouse aurait tendance à s’embourgeoiser, que les quartiers avec une mixité le sont moins aujourd’hui. Donc ça c’est une tendance qui me paraît intéressante à relever et qui est peut-être liée aux dynamismes démographiques de la ville. Et j’ai le sentiment que c’est une tendance plus importante avec la disparition des magasins de proximité et la floraison de fast food à leur place. J’entends aussi dire qu’ils veulent de plus en plus réguler la vie nocturne, sauf que c’est aussi elle qui fait la vie de Toulouse…

D : Comme tu dis, c’est particulièrement dur d’évaluer ce genre de choses… Je ne vis pas sur Toulouse depuis si longtemps et j’aurais du mal à prendre du recul.

M : Et tant que j’y pense, ça me semble être parallèle à un désengagement de la mairie dans la culture au profit de la sécurité … Alors bien sûr, il y a l’état d’urgence, mais il y a des signes assez austères. Là récemment y a l’American Cosmograph qui a dû être repris par les employés. Ils vivent actuellement une période difficile, la ville devrait les soutenir ! C’est un lieu incontournable et culte de Toulouse. A cette vitesse là, les théâtres aussi vont être touchés… A titre personnel, je fais de la photo, et je le vois bien, d’année en année, des formidables lieux d’exposition comme le château d’eau, qui sont reconnus en France, bénéficient de toujours moins de subventions : il y a selon moi une tendance générale au désengagement à la culture.

D : On peut même penser que cette tendance est la même dans la France entière… Pour finir, je vais te demander si tu as encore des choses qui te viennent à l’idée …

M : Et bien, il y a quelques choses qui m’interpelle depuis un bout de temps : je ne comprends pas la fermeture des parcs la nuit… Qu’est-ce qui pose problèmes ?  Une nuit par semaine comme ça ce serait sympa de les ouvrir ! Et d’une manière générale, il n’y a pas pas assez d’espaces en commun, d’espaces verts… d’équipements sportifs et de parcours sportifs dans le centre. A mon humble avis, il manque de structures pour rendre la ville plus vivante et pour créer du lien entre les gens, et ça me paraît dommage. C’est d’ailleurs aussi dans cet esprit que s’inscrit Trade School Toulouse : ça vise à créer des liens et des moments de partage… Cela devrait être une priorité pour la ville de Toulouse.

D : A ce niveau, les meilleurs interlocuteurs, ce sont les élus de Toulouse 😉 En tout cas, je te remercie pour tout ce temps pris pour nous : on peut voir qu’en 12 ans tu as pu esquisser de véritables tendances et que tu as plein de choses à dire ! Au plaisir de te lire sur Politizr alors* !

DM

*Suite à cette discussion, Mundhi a publié sur Politizr pour interroger les élus sur le vélo à Toulouse.



Politizr est une plate-forme indépendante et neutre de discussions entre les citoyens et leurs élus.

Venez lire, proposer et noter des débats sur tous les sujets et suivez l’actualité de vos élus en vous inscrivant sur politizr.com.

Politizr, changerez-vous d’opinion?

Partagez sur vos réseaux sociaux : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn